Ville de TOURNUS

Site officel de la commune de Tournus


l'Afrique au cinéma

Le Cinéma La Palette, en partenariat avec Cinémascotte, le club Dogon et la Toguna, présente une semaine entièrement consacrée à l'Afrique, du 02 au 07 mai 2018 !

Au programme : la projection de 6 films, unhe fanfare béninoise, des animations scolaires et une soirée exceptionnelle le vendredi 04 mai.

Razzia

Projection le jeudi 03 mai à 20h30 et le dimanche 06 mai à 18h.

Film de Nabil Ayouch (France, Maroc, 2018), avec Maryam Touzani, Arieh Worthalter, Abdelilah Rachid - durée : 1h59 VOST

A Casablanca, entre le passé et le présent, cinq destinées sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. Et le bruit d’une révolte qui monte…. Nabil Ayouch, réalisateur, au micro de France Inter : «Avant le prin-temps arabe, la société marocaine était basée sur un compromis. Au-jourd’hui toutes les divisions ressortent au grand jour… La réforme du système éducatif a engagé le pays sur une direction, à l’inverse de la diversité culturelle, de la pensée critique… Il y a deux schémas de société, dont une partie qui veut nous ramener au Moyen-Age… Chaque pays a ses grands combats à mener : la place de la femme, c’est le grand combat du Maroc». Maryam Touzani co- scénariste du film : «Il faut que les femmes arrachent leurs droits…».

Wùlu

Projection le samedi 05 mai à 18h et le lundi 07 mai à 20h30.

Film de Daouda Coulibaly (II) (France, Sénégal, 2017), avec Ibrahim Koma, Inna Modja, Quim Gutiérrez - durée : 1h35
Ladji a 20 ans. Il travaille dur comme apprenti-chauffeur à Bamako. Lorsqu’on lui refuse une promotion qu’il estime avoir largement méritée, il décide de contacter Driss, un dealer de drogue, qui lui doit une faveur. Avec deux compères, Ladji plonge dans l’univers du trafic de cocaïne...

Wùlu dresse l’acte d’accusation d’une société minée. Plus encore, en s’attachant au destin de ce personnage déchiré entre dignité et nécessité, le film offre une réflexion morale d’une grande force, à l’issue forcément tragique. Arnaud Schwarz (La Croix)

Une saison en France

Projection les samedi 05 et dimanche 06 mai à 20h30 et le lundi 07 mai à 18h.

Film de Mahamat-Saleh Haroun (France, 2018), avec Eriq Ebouaney, Sandrine Bonnaire, Aalayna Lys - durée : 1h40
Abbas, professeur de français, a fui la guerre en Centrafrique pour bâtir une nouvelle vie en France .En attendant d’obtenir le statut de réfugié, le quotidien d’Abbas s’organise : ses enfants sont scolarisés et il travaille sur un marché où il a rencontré Carole, sensible au courage de cet homme encore hanté par les fantômes du passé...

Un film qui illustre, sans tomber dans le misérabilisme, des vies gâ-chées par des guerres incessantes. Aurore Garot (L’Humanité)

L'enfant Lion

Projection les mercredi 02, samedi 05 et dimanche 06 mai à 16h.

Film de Patrick Grandperret (France, 2013), avec Mathurin Zinze, Sophie-Veronique Toue Tagbe, Salif Keita - durée : 1h28
Conte onirique, filmé au plus près de l’enfance, à voir en famille (à partir de 3 ans)
Dans une Afrique de légende, terre rouge et ciel flamboyant, un petit garçon de 10 ans, Oulé, et son amie d’enfance, Lena, sont capturés par des pillards esclavagistes. Les voilà prisonniers dans le palais d’un seigneur des hautes terres. Mais Oulé a des pouvoirs magiques. Bébé, il a bu, un jour, son lait dans la même calebasse que Sirga, la petite lionne. Durant toute son enfance, il a partagé les jeux de l’animal. Sirga et Oulé sont devenus «frère et sœur». A 10 ans, Oulé connaît tous les secrets de la brousse. Il parle aux arbres, aux abeilles et au vent...

C’est le ton de L’Enfant lion : un mélange de réalisme et de féerie, de violence naturelle et de sérénité. Tour à tour furieuse et apaisée, l’Afrique est belle et mythique comme dans les contes. Hommes ou animaux, les personnages de L’Enfant lion ne se déparent jamais d’une noblesse qui leur est naturelle. La simplicité mêlée de ferveur avec laquelle le cinéaste a mis en images ce magnifique livre s’adresse au grand public, parents et enfants réconciliés. 

 

Soirée au profit du Mali le 04 mai

Au programme
18h > Fanfare olaïtan du Bénin
19h > Wallay
Entracte avec buffet-buvette et vente d’artisanat au profit des actions de solidarité avec les écoles de Dourou au Mali.
21h30 > Kinshasa Kids

Wallay

Film de Taylor Sheridan (France, Burkinafasso, Qatar, 2017), avec Makan Nathan Diarra, Ibrahim Koma, Hamadoun Kassoké - durée : 1h24
Ady a 13 ans et n’écoute plus son père qui l’élève seul. Ce dernier, à bout de ressources, décide de confier Ady à son oncle Amadou le temps d’un été. L’oncle Amadou et sa famille habitent de l’autre côté de la Méditerra-née… au Burkina Faso ! Là-bas, à 13 ans, on se doit de devenir un homme mais Ady, persuadé de partir en vacances, ne l’entend pas de cette oreille…

Wallay est, avant tout, l’occasion de découvrir un pays, ses coutumes et ses rites. On suit avec bonheur le parcours initiatique d’Ady, qui va l’amener à considérer la vie sous un tout autre jour. Un voyage aussi enrichissant que dépaysant. Pierre-Julien Marest (Télérama)

Kinshasa Kids

Film de Marc-Henri Wajnberg (Belgique, France, 2013), avec Emmanuel Fakoko, Gabi Bolenge, Gauthier Kiloko - durée : 1h25 VOST
Kinshasa, Congo. Huit enfants des rues, considérés comme sorciers par leurs familles, montent un groupe de musique pour déjouer le sort et reprendre le contrôle de leurs vies. Aidés par Bebson, musicien allumé qui s’improvise manager, ils feront vibrer la ville!

En restant au plus près de ses interprètes, en ne négligeant rien de ce qui constitue le quotidien d’un quartier (...), le cinéaste en dit long sur une société à la dérive et, malgré tout, sur une force de vie qui cherche à surmonter tous les obstacles. Jean A Gili (positif)
Rejetant la naïveté aussi bien que la pathos, «Kinshasa Kids» porte un regard curieux, amusé et très attentif, sur ces gamins attachants (...).Noémie Luciani (Le Monde)

Sébastien Maître, réalisateur de plusieurs films sur l’Afrique, viendra les 3 et 4 mai assurer plusieurs animations au lycée horticole et à l’école Raymond Dorey.  Il présentera aussi le vendredi soir «Kinshasa Kids» dont il est le co-producteur.