Expositions à l'église St. Valérien

L’ETAC entame sa troisième saison pour l’été 2021 ! 

  • 4 expositions, 4 artistes résolument contemporains
  • des rencontres avec l’artiste
  • des séances de médiation culturelle

(sur réservation auprès de l’office du tourisme)

 

Téléchargez le dépliant au format PDF

Toutes les informations sur le site internet de l'ETAC : https://etac.de-tournus.com/expositions-2021/

  • Du 4 au 27 juin - Carole Fromenty

Carole Fromenty souhaite que le choix des médiums, tissu et fils souvent doux, parfois rêches comme du crin, se confrontent à la brutalité de l’image ou à sa complexité et que l’ensemble dialogue, explore une relation nouvelle entre ces matériaux et ces formes. On assiste à la naissance d’une improbable complémentarité entre ce qui marque l’histoire de la transmission de la féminité à travers ce que l’on nommait « les ouvrages de dames » et ce qui, a contrario, compose l’histoire de l’homme et de son humanité.
Le tissu devient le champ actif où se déroule la bataille, ce sont les brancards, les bombes et les disparus.  Mais c’est aussi la famille, la nature et les animaux qui nous entourent, fragiles eux aussi et qu’il faut maintenir parmi nous à coups de points serrés.
C’est le champ passif des points de croix, des draps cousus de fil blanc, de chefs-d’œuvre de patience, de finesse, de larmes et d’ultimes détails. 

 

Voici ce qu’elle exprime à ce sujet :
« Comme certains autres artistes, je m’empare de documents photographiques ou imprimés, que je manipule et réinvente. Notre mémoire d’homme à toujours semble-t-il une disparition à déplorer, à conserver, même inconnue et ces images en sont les témoins mais ce ne sont pas les photos en tant que traces ou reliques du passé qui m’intéressent. Ces documents sont pour moi les éléments actifs d’un échange car il s’agit pour moi de re-créer l’image, de la revoir. En les brodant, en les dessinant, en les réimprimant et en les transformant par le fil, je les redonne à voir. Ces objets sont capables alors de retenir l’attention, de convoquer la mémoire. Tout en disant la perte ou la disparition, ils engendrent, de la part du spectateur une activité créatrice, une fiction. Dans une oeuvre, tout n’est pas là, tout n’est pas donné de façon lisible, il y a des béances, des absences qui permettent une perception active, une implication du sujet. »

Interview de Caorle Fromenty

 

  • Du 2 au 25 juillet - Patrice Mortier

 

  • Du 30 juillet au 22 août - Eva Ducret


  • Du 27 août au 19 septembre - Alain Boulerot